Squale, l'ordinateur qui s'est cassé les dents


Mon premier contact avec le Squale remonte au Sicob 1985 - sans doute la meilleure édition - sur le stand d'Apollo 7 (RC 83 B 9140, nom souvent écrit à tort Appolo 7). Bien que basée sur un microprocesseur 6809 (comme les Thomson TO/MO, les Dragon 32/64/200, la Vectrex...) avec un système d'exploitation Flex (comme le Goupil G3, le Tavernier...), la machine ne m'intéressait pas spécialement, à cause de son prix élevé et du manque de logiciels. Et je ne devais pas être le seul dans ce cas, puisque le Squale a fait un véritable flop.

Le temps a passé, je n'ai plus revu cet ordinateur. Les autres amateurs de "sasfépus" non plus. Au point que le Squale est devenu mythique, certains se demandant même s'il a vraiment été commercialisé un jour. En fait, à une époque, une personne m'a affirmé avoir revendu le sien d'occasion. Et dans un reportage du magazine SVM, j'ai appris qu'il existait un exemplaire, chez un collectionneur de Seine-et-Marne prénommé Sylvain.

Cet exemplaire, longtemps présenté comme le seul connu, a été exposé à diverses manifestations consacrées aux vieux ordinateurs. Mais, malheureusement nu, sans sa cartouche Basic et sans câble écran, il n'a jamais été possible de le voir fonctionner.

Après des années de recherche, j'ai, enfin, déniché un autre exemplaire ! Certes, il ne fonctionne pas, mais c'est un vrai plaisir que de poser les mains sur cet objet. Il est accompagné d'une cartouche avec une étiquette manuscrite "SQTel" d'émulation Minitel (le Squale intègre un modem, mais je n'ai pas le câble correspondant), d'une baie d'extension et de deux lecteurs disquettes. La documentation concernant Flex et le S Basic est fournie dans de grands classeurs, elle semble tapée à la machine à écrire. Ce Basic est proche de la version S.M.T. (Goupil).

Au premier allumage, ma machine affichait un écran noir. Au second, un cadre bleu avec un pourtour noir, sans aucun texte. En revenant dans la pièce après quelques minutes d'absence, l'écran était devenu noir. Il le restera. La cartouche ayant été ouverte, j'ai tenté d'inverser le circuit imprimé comportant la ROM, dans ce cas quelques pixels colorés apparaissent au hasard sur l'écran. Désormais, quoique je fasse, l'écran reste noir. Dans son banc d'essai, le magazine Votre Ordinateur explique que le mot "PRET" doit apparaître sur fond bleu, avec la cartouche S Basic insérée. D'après SVM, Flex et Basic peuvent être chargés depuis une cassette audio (je ne l'ai pas, pas plus que la cassette contenant des jeux que le constructeur disait livrer avec la machine). Quand Michel de Guilhermier, pigiste pour SVM à l'époque, a fait remarquer aux responsables d'Apollo 7 que le chargement du Basic sur cassette prenait un temps fou, leur réponse aurait été "oui, mais les enfants aiment ça" ! Heureusement, une version cartouche est sortie plus tard, comme promis.

Je vais tenter de redonner vie à ce dinosaure numérique, avant de sans doute confier mon exemplaire à un musée. Sur cette page, je vous tiendrai informés de l'évolution de mes travaux. Une initiative déjà intéressante puisqu'elle m'a permis de rentrer en contact avec d'autres possesseurs de Squale dont la communauté des collectionneurs de vieux ordinateurs ignorait l'existence.


La légende


Votre Ordinateur parle de 1500 machines fabriquées avec un boîtier métallique. Le magazine annonce que les suivantes seront dans un capot en plastique et rapporte que le Squale aurait fait l'objet de 4000 options. Pour Jean-Louis Le Breton qui a testé la machine dans le magazine Hebdogiciel et qui a visité les bureaux d'Apollo 7 (il n'a pas vu de chaines de montage), la machine n'aurait jamais été vendue. Le site MO5.com affirme, lui aussi, que le Squale serait resté à l'état de prototype. Conçu par des anciens de chez S.M.T. Goupil, il aurait été fabriqué à 18 exemplaires pour le Sicob, dont seulement 15 fonctionnels. Objectif : séduire acheteurs et distributeurs. A partir de 1 000 exemplaires, la production de masse aurait été lancée. Mais, malheureusement, il n'y eut que 500 commandes.

L'histoire nous a été racontée, 25 ans plus tard, par Steeve Chadefaux, l'ancien gérant d'Apollo 7 : la machine a été réellement produite à 1 000 exemplaires (tous en boîtier aluminium), dont environ la moitié fûrent vendus, selon lui. Mais si le Squale n'a, d'ailleurs, fait l'objet d'aucun article dans le Tilt n°26 (novembre 1985) consacré au récapitulatif de toutes les machines disponibles sur le marché, l'interview de Didier Cugy, auteur des dernières ROM Moniteur du Squale, a remis plus tard en cause la version de M. Chadefaux : une partie du stock restant aurait été vendue au Maghreb, puis le Squale a eu des petits frères à usage professionnel.

Les possesseurs et ex-possesseurs de Squale

- Le Squale de Sylvain Bizoirre a été trouvé sur une brocante, sans son câble vidéo mais avec - quel veinard - un (vrai) manuel copyrighté "Siros France Co.". Malgré le schéma du câble que je lui ai fourni, il n'a pu rien afficher depuis si ce n'est un écran vert foncé. Pour ses tests, il a utilisé une alimentation de PC, la sienne étant défectueuse. Il a également remplacé tous les circuits RAM, tous les circuits I/O, le microprocesseur et quelques circuits TTL. Sans plus de résultats. Ce Squale a été acquis par le musée des Arts & Métiers (Paris) avec l'ensemble de la collection de Sylvain Bizoirre, mais il n'est pas exposé.
- Michel Piot, auteur de livres pour les ordinateurs de l'époque, ne sait pas si son exemplaire fonctionne toujours, mais il possède la cartouche Basic ainsi que deux manuels imprimés. Son ouvrage prévu chez Cedic-Nathan n'est jamais paru, il aurait pu s'appeler La découverte du Squale, tout comme il exista La découverte du Goupil dont M. Piot fût co-auteur. Il croit se souvenir avoir acquis son Squale auprès du fabricant, par ailleurs spécialisé dans le matériel médical et situé à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Il dit y avoir rencontré Steeve Chadefaux et son père. M. Piot possède également un Goupil un peu particulier qu'il appelle "1.5" (avec une alimentation à condensateurs chimiques géants et, au dos, des connecteurs dont la disposition n'est ni celle du Goupil 1 ni celle du Goupil 2). Il n'a, malheureusement, pas le temps pour faire des mesures qui pourraient nous aider à dépanner les deux exemplaires en panne, ni le matériel pour copier sa cartouche, etc. Son Squale possède un logo Apollo 7, dont est dépourvu le mien.
- La personne qui m'a vendu mon exemplaire m'informe l'avoir acheté directement auprès du fabricant à Paris. Un revendeur fût le magasin Vismo, bd Beaumarchais.
- Eric Charton, journaliste et autrefois développeur de jeux vidéo, s'est vu confier un exemplaire pour son travail. Faute de potentiel commercial, il l'a cédé plus tard à un tiers, sans rien en avoir tiré. Qu'est devenue cette machine ?
- L'Aconit (Association for a Conservatory of Information Technology) possède un exemplaire avec un cable vidéo (l'association m'indique ne pas avoir la cartouche Basic). Cet exemplaire est exposé dans le hall consacrée à la micro-informatique.
- L'association MO5.com a racheté un exemplaire mis en vente sur leboncoin.fr. Aucune information n'a filtré sur l'histoire de cet exemplaire. Il est accompagné d'une cartouche Basic.

Aucune machine n'a de numéro de série apparent.


Le câble vidéo (analyse perso)

DB15 Mâle                        Péritel Mâle
1 ----------------------------- 7
2 ----------------------------- 11
6 ----------------------------- 8
7 ----------------------------- 16
8 ----------------------------- 2, 6
9 ----------------------------- 20
10 ---------------------------- 15
14 ---------------------------- 4, 17, 18
15 ---------------------------- 5, 9, 13


Le connecteur d'alimentation (par Sylvain Bizoirre)

Le Squale nécessite trois tensions : + 5 V (fil bleu), - 5 V (fil orange), + 12 V (fil rouge) et masse (noir). En cas de doute sur la couleur des fils, il suffit de reprendre les broches + 5 V et + 12 V d'une mémoire 4116 et de tester la continuité jusqu'à la borne où est soudé le fil d'alimentation.

Consommations mesurées : 1,15 A (fil bleu), 0 A (fil orange), 0,2 A (fil rouge)


Le démontage

J'ai commencé à ouvrir la bête afin de rechercher la panne. Le démontage n'est pas évident, la machine est comme vissée depuis l'intérieur ! Pour ne rien simplifier, la nappe du clavier Cherry (référence G80-0451, n° série 1423, circuit imprimé 601-1239) est courte et soudée. Comment faire ? Tout d'abord retirer les écrous qui fixent les connecteurs extérieurs. Puis, l'astuce est là, dévisser les attaches du port cartouche. Contactée, Cherry m'indique n'avoir aucune information ni documentation concernant cet ancien clavier.

La fabrication sent le bricolage à plein nez. Sur mon exemplaire, des morceaux de ruban adhésif font l'isolation entre le circuit imprimé et le boitier, pour éviter les courts-circuits. Le support pour l'Eprom contenant les routines de base en mémoire morte est trop court, des fils sont soudés "en l'air". A noter, certains Squale ont été fermés avec des rivets, qu'il faut donc percer.

L'alimentation a été vérifiée, elle fonctionne. J'ai aussi vérifié quelques composants, mais impossible pour le moment de retrouver la panne avec le simple multimètre en ma possession. Il me faudrait un oscilloscope et un lecteur d'EPROM afin de dumper le contenu de la ROM principale et de celle de la cartouche, pour lire leur contenu. Il est possible que cette dernière soit morte, ayant été branchée à l'envers à un moment (la cartouche était ouverte et le circuit imprimé peut être retourné car il n'y a pas de détrompeur).


Les articles parus dans la presse


- Banc d'essai paru dans Hebdogiciel n°68 (1er février 1985), republié avec l'aimable autorisation de Jean-Louis Le Breton.
- Banc d'essai paru dans Soft & Micro n°5 (février 1985), republié avec l'aimable autorisation de Pascal Rosier.
- Banc d'essai paru dans Tilt n°21 (mai 1985), republié avec l'aimable autorisation de Véronique Charreyron.
- Banc d'essai paru dans SVM n°15 (mars 1985), republié avec l'aimable autorisation de Michel de Guilhermier et de Petros Gondicas.

- court article dans Micro Systemes n° 46 (octobre 1984)
- Banc d'essai paru dans Votre Ordinateur n°12 (mars 1985), par Jacques Kenavo (je recherche cette personne)
- Quelques lignes dans Votre Ordinateur n°8
- Quelques lignes dans Hebdogiciel n°94-97 p. 59 (août 1985)
- Quelques lignes dans SVM n°9
- Un court article dans LED Micro [je recherche les références de cet article]
- Un article dans Jeux & Stratégie n°32 (avril/mai 2005), p. 48 (merci à Hervé B. pour l'info !)
- Des articles auraient été prévus dans les magazines L'ordinateur Individuel et L'étudiant - je ne sais pas s'ils sont parus.

Si vous connaissez les auteurs respectifs de ces articles ou d'autres articles, merci de me contacter afin que je leur demande l'autorisation de republication !

Pour anecdote, le Squale est cité dans la notice du jeu Les Ripoux (Infogrames) avec une fausse petite annonce : "A vendre URGENT pour collectionneur ordinateur français Squale. Pièce rare. Réf 345.", puis une seconde : "A vendre stock Alice 4 k, Exelvision, TO7, Alice 32, Hector, Squale. Boutique SURSTOCK." Sans commentaire.


Quelques liens

- Le Flex User Group
- La page des émulateurs de machines à base de 6809 et notamment sous Flex + des utilitaires.


A venir

- photos intérieures et extérieures,
- autres articles de presse,
- publicités d'époque, etc.
- dump de la cartouche SQLTel,
- dump des neuf disquettes en ma possession.

[MAJ 13/12/2006] Le Squale utilise un clavier Cherry référence G80-0451. Nous avons contacté cette société, qui est toujours une des références en la matière, pour savoir s'il lui restait un exemplaire en stock du G80-0451 ou, si à défaut, elle pouvait nous donner le nom de clients qui auraient utilisé ce modèle. Notre objectif est de remplacer le clavier abimé du Squale en notre possession : ses touches Espace et K sont cassées, sa touche Entrée s'est vue ajoutée un gros morceaux de plastique, collé, afin de rendre sa surface plus grande et d'autres touches ont des traces de marqueur.
La réponse est venue de Patrick Ceytere que nous remercions pour le temps qu'il nous a consacré : "Hélas, hélas ! Même dans les recoins du stock : pas de G80-0451... Et suite aux déménagements et changements de logiciels : plus de trace des quelques clients de l'époque, c'est le plus ancien de Cherry France qui vous le dit !" . Bref, si vous voyez un ordinateur avec un clavier Cherry G80-0451 (la photo ci-dessous vous permettra de savoir à quoi il ressemble), n'hésitez pas à nous contacter !
Photo

[MAJ 15/12/2006] Avec Anadisk 2.07 (un vieux shareware de Sydex, désormais édité par une autre société), j'ai "dumpé" les 9 disquettes que j'ai reçues avec le Squale, de la piste 0 à 79 et en stockant l'ID. Quelques disquettes avaient des secteurs défectueux. Pour beaucoup aussi, les pistes étaient parfois en simple densité, parfois en double, et ce sur une même disquette ! Et pour toutes, une piste sur deux seulement semblait utilisée. Néanmoins le logiciel semble s'en être bien sorti : on peut lire avec un éditeur ASCII que certains fichiers viennent de S.M.T. (Goupil) et que le Squale Basic semble présent en version 2.87 du 15 février 1985 sous copyrright Siros. Une excellente nouvelle donc puisque je n'arrivais pas à avoir accès à la seule version connue sur cartouche ROM ! Il semble même y avoir un Forth...
La prochaine étape serait de convertir ces images de disques vers le format DSK lisible par les émulateurs Flex et autres visualiseurs d'archives. Malheureusement, le logiciel Ana2dsk nécessaire à cette opération m'affiche systématiquement le même message d'erreur : "This program cannot be run in DOS mode". Pourtant, je n'utilise pas des machines Windows avec mode DOS, mais bien des DOS purs en versions 3.x et 6.2.
Je vais me rapprocher du club d'utilisateurs de Flex.
Certains fichiers contenus dans mes images de disquettes étant protégés par droit d'auteurs et je ne les mettrai donc pas en diffusion libre sur Internet avant d'avoir fait le tri.

[MAJ 17/12/2006] La touche Espace de mon spécimen a pu être réparée. Au tour de la touche K maintenant...
Photo
Avec Turbo C++ trouvé en version abandonware sur le site des BSA, j'ai compilé le code source de ana2dsk, un utilitaire signé Dell W. Setzer, pour obtenir un exécutable qui accepte, enfin, de se lancer. Il m'a suffit de retirer les commentaires au début, ainsi qu'une ligne d'include en trop.
Malheureusement, à l'exécution, j'ai des messages du type "Label: , 40 tracks, 32 sectors: Unrecognized sector format" ou "Label: , 1 tracks, 0 sectors: Unrecognized sector format". La lecture du mode d'emploi n'est pas d'un grand secours. Il va falloir mettre les mains dans le cambuis...

[MAJ 18/12/2006] Que doit faire le Squale à l'allumage ? Ce n'est pas très clair, les différentes documentations sont un peu contradictoires, mais voici une synthèse :
En allumant l'ordinateur, on tombe sur un moniteur avec quelques commandes disponibles. L'écran doit être bleu et l'écriture jaune. La touche E permet de charger un logiciel depuis une cassette audio, La touche D permet de charger le système d'exploitation depuis le lecteur disquette. Le SBasic aurait été disponible dans ces deux versions, plus une troisième sous forme de cartouche. Sous SBasic, un message "PRET" accueille l'utilisateur.
La machine démarre-t-elle directement sur cartouche quand celle-ci est insérée ? Aucune idée ! La documentation indique que des cartouches utilitaires possèdent aussi le SBasic en sus et que pour y accéder il faut appuyer sur Reset ou taper "G0103" dans le moniteur...
Mon écran reste lui toujours noir, quoique je fasse et la touche D ne charge rien.

[MAJ 22/12/2006] De nouvelles informations, avec quelques jours de retard. Comme j'avais signalé à la communauté Flex que les images de disquettes du Squale n'étant pas reconnues par l'utilitaire ana2dsk (elles ont 32 secteurs), son auteur Dell Setzer m'a très gentiment contacté pour me dire qu'il acceptait d'y jeter un oeil. Il a pu ainsi améliorer son programme et générer un fichier DSK du système d'exploitation du Squale que l'on va pouvoir analyser. C'est une grande joie car ces disquettes sont sans doute les derniers exemplaires au monde, qu'elles n'ont sans doute pas été utilisées depuis 20 ans et qu'il y avait un fort risque qu'elles soient démagnétisées ou abîmées.
Malheureusement, une autre disquette portant l'étiquette "sauvegarde SYSTEME "New Flex" Divers utilitaires et F83 Federici Recue 1/2/86" n'a pu être sauvée complètement. Un secteur contenant sa structure, notamment les noms de fichiers et l'ordre des secteurs contenant les données, est abimé. Curieux car, de mémoire, anadisk n'avait pas signalé d'erreur. Il reste donc des données sur la disquette mais il faudra beaucoup de tâtonnements pour espérer reconstituer les fichiers correspondants.
Il reste encore sept autres disquettes qui n'ont pas été converties au format DSK. Les disquettes converties pourront être lues avec un émulateur afin de livrer leurs contenus.

[MAJ 09/01/2007] L'exploration des disquettes continue. Trois images brutes ont été bien converties au format DSK par la plus récente version d'Ana2dsk, une d'elle contient des secteurs physiquement endommagés (il faudra donc travailler encore dessus pour limiter les pertes de données). Quatre autres images de disquettes n'ont pu être converties en DSK, deux du lot ont des secteurs physiquement endommagés.

[MAJ 28/01/2007] Dans un groupe d'utilisateurs Flex, j'apprends que Donald Coates a mis au point une interface IDE pour bus SS30 (celui utilisé aussi par le Squale). Il fournit le schéma ainsi que le circuit imprimé au format ExpressPCB, mais n'a rien pu tester ne possédant pas de machine lui-même.

[MAJ 23/11/2007] Sylvain B. a vendu toute sa collection d'ordinateurs, dont le Squale, à un musée national. Malheureusement, cela signifie que les machines dorment dans un entrepôt pour une durée indéterminée. Il m'est donc impossible d'accéder à cet exemplaire du Squale pour pouvoir l'étudier et tenter une répération de celui-ci et du mien.

[...] Il manque quelques lignes de compte-rendu jusqu'en octobre 2008 (avec notamment le nom de la personne qui m'a transmis les tarifs des accessoires du Squale). Si vous avez conservé une copie des informations postées dans le forum ACBM, merci de me contacter !

[MAJ 08/05/15] Torlus (Gregory Estrade) et Jeff (Jeani-François Del Nero) ont constitué un dossier pour avoir l'autorisation du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) de réaliser un dump de la ROM du Squale. Car si le but de ces deux passionnés est de réaliser un émulateur, celui du musée est de conserver le matériel sans aucune altération ou modification. Le précédent propriétaire ayant déjà modifié le micro-ordinateur en plaçant ses puces sur des supports, cela était possible. Le contenu de l'EPROM moniteur a été sauvegardée et un composant PAL servant au décodage d'adresses a été analysé. Des photographies internes ont été réalisées, ainsi qu'une petite étude de l'implantation des composants. Vous en sauvez plus en lisant le compte-rendu du Torlus.

[MAJ 07/07/15] Dans la mesure où le CNAM préserve un exemplaire du Squale, j'accepte que des opérations soient effectuées sur mon exemplaire, même s'il y a quelques risques (il est possible qu'un support de puce RAM ait été abimé d'ailleurs), afin que des émulateurs puissent être réalisés et diffusés auprès de curieux qui n'ont jamais eu la chance de voir ce micro-ordinateur. Jeff en a extrait le contenu de l'EPROM 2764 du moniteur (version 2R1, contre version 1.2 pour l'exemplaire du CNAM), ainsi que celui d'un composant programmable TBP18S030 (32 octets) sans doute utilisé pour le décodage d'adresses. Les deux faces de la carte mère ont scannées, une fois la plupart des composants retirés (mais il restait notamment les supports des circuits imprimés). Nous n'avons pas pu déterminer l'origine de la panne de la machine, il nous faudrait des outils pour tester les RAM (4116...) et les circuits logiques (74LSxx). L'image de la ROM ne peut être diffusée publiquement, son contenu étant protégé par le droit d'auteur, mais les auteurs d'émulateurs expérimentés peuvent me contacter en privé. Déjà trois projets d'émulateur Squale sont en cours.
En parallèle, je continue de rechercher les personnes ayant travaillé sur cette machine (moniteur, Basic...) pour obtenir les droits de diffusion. Je n'ai trouvé aucun moyen public de retrouver les anciens employés d'Apollo 7. Une solution serait de passer par les caisses de retraite, mais c'est illégal... Une analyse de la disquette système a permis de trouver le message suivant : "SQUALE BASIC V2.37 DU 15.02.85 **** COPYRIGHT SIROS 1983 ****".
Une mauvaise nouvelle : la cartouche SQTel et le câble vidéo ont été perdus. C'est particulièrement gênant pour la ROM, moins pour le câble qui peut être refait grâce aux indications plus haut. Je ne désespère pas de remettre la main dessus un jour.

[MAJ 14/07/15] Daniel Coulom m'a communiqué les commandes attendues par le Moniteur du Squale (version 2R1), actif au démarrage en l'absence de lecteur contenant une disquette système, cela correspond à ce que j'avais posté à l'époque dans le forum ACBM :
- C = Chargement d'un programme sur cassette
- D = Chargement du DOS de la disquette
- E = Chargement et exécution d'un programme sur cassette
- G = Execution d'un programme en mémoire
- M = Dump mémoire en hexadécimal et ASCII
- R = Réinitialisation et chargement du DOS de la disquette
- S = Sauvegarde d'une plage mémoire sur cassette
Une première version de son émulateur dcsquale sera bientôt disponible.

[MAJ 16/07/15] Après des années de recherche, j'ai enfin retrouvé Didier Cugy, une personne ayant travaillé sur le Squale. J'ai notamment appris que le Squale avait eu un petit frère, et que vous l'aviez sans doute croisé sans le savoir dans le métro parisien ou le métro marseillais : le Clip Info de Syrel Industrie... Il m'a également donné l'autorisation de diffusion pour les émulateurs de la ROM Moniteur (version 2R1) et de SQtel dont il est le seul auteur. Plus d'informations très bientôt !

[MAJ 17/07/15] L'émulateur dcsquale sera rendu public dans quelques jours, annonce son auteur (malheureusement sous Windows exclusivement, et sans code source). Ce serait bien d'avoir des logiciels pour l'essayer. Des logiciels et jeux de cette époque ont fait l'objet d'un dépôt légal à la Bibliothèque Nationale, mais je n'ai trouvé aucune trace de softwares pour le Squale dans les bases de données publiques (peut être qu'une personne accréditée par la BNF pourrait accéder à plus de choses...). La presse de l'époque avait annoncé que des logiciels seraient réalisés pour le Squale par Hatier, Loriciel et Sprites. J'ai contacté il y a quelques temps Hatier, qui n'a pas daigné me répondre, ainsi que l'ancien responsable de Loriciel, sans succès là encore. Je n'ai pas réussi à retrouver des anciens responsables de Sprites pour le moment (toute information est la bienvenue pour les retrouver).
Il semblerait toutefois qu'il y ait eu des logiciels réalisés par une autre société dont nous n'avons jamais parlée. Didier Cugy m'a, en effet, communiqué de nombreux contacts, des copies de contrats et documents internes, des schémas électroniques en attendant des copies de logiciels, que nous espérons récupérer de vieux supports magnétiques grâce à Jeff. Des choses que je n'aurais jamais espéré voir 30 ans après la disparition de la machine. Une partie de ces documents sera rendue publique, mais pas tous, pour des raisons de droits d'auteur notamment. Les autres documents non diffusés seront néanmoins utilisés pour enquêter plus loin sur l'histoire du Squale, retrouver d'autres témoignages et, pourquoi pas, d'autres documents. Beaucoup de travail en perspective, mais nous avons de belles surprises déjà pour les prochains jours !

[MAJ 21/07/15] Finalement, Daniel Coulom ne diffusera pas son émulateur dcsquale car il ne souhaite pas attendre les autorisations de diffusion des ayants-droits pour le système d'exploitation, le Basic, etc. Il aurait voulu diffuser tous les logiciels sans se soucier des autorisations, comme il l'a fait pour les ordinateurs Thomson par exemple. C'est dommage, l'émulateur Squale aurait été diffusable tel quel avec la ROM v2.1 et, probablement, utilisable avec une disquette système d'un Goupil G3 par exemple... Notez que je reçois des intimidations de quelques personnes parce que je refuse de diffuser copie de ces logiciels publiquement, alors même que je n'en suis pas l'ayant-droit. Le CNAM est également pris pour cible pour les mêmes raisons. Je préfère ignorer ces intimidations et continuer mon enquête pour retrouver les ayants-droits.
A propos d'ayants-droits, Didier Cugy a passé visiblement pas mal de temps à faire des recherches dans ses archives pour nous aider. Outre des contacts, il nous a fourni des documents et des disquettes (en cours d'acheminement par la poste).
Il y a, par exemple, parmi les documents :
- un ancien schéma électronique du Squale (qui ne correspond pas à la carte mère 1.0 que nous connaissons) ;
- une lettre de MTB (société du père du gérant d'Apollo 7) concernant des spécifications de l'ABM 820, une machine intermédiaire entre le Squale et le Clip Info, qui n'a jamais été commercialisée et dont nous n'avions jamais entendu parler ;
- une lettre de la société ASA concernant les spécifications du Clip Info ;
- le plan du contrôleur de disque virtuel et de disquette du Clip Info (avec son Mylar), avec ses adresses mémoire (cette carte pourrait peut être fonctionner sur Squale, nous dit son concepteur qui ajoute que cela reste à vérifier au niveau de la compatibilité avec la ROM Moniteur) ;
- des pages de son contrat de licence avec Apollo 7 concernant la ROM moniteur et SQTel.
Sur les disquettes attendues, nous espérons pouvoir récupérer par exemple SQTel, le code source de la ROM moniteur v2.7, la ROM moniteur v3 (utilisée par le Clip Info). Un gros merci à Didier Cugy, une fois de plus !
Alors qu'il nous aurait été utile, nous avons constaté que, curieusement, il n'existe aucun émulateur de Goupil G3.

[MAJ 23/07/15] Jeff a publié le mapping mémoire du Squale. 60 Ko de RAM et les registres, ainsi qu'une autre constatation sur la carte mère nous font penser que la ROM de la cartouche, qui n'est pas directement adressée, a son contenu recopié vers la RAM avant usage. Ce qui pourrait expliquer pourquoi la RAM disponible est inférieure à 30 Ko avec le Basic.
Avec l'émulateur dcsquale et quelques outils de programmation open source recompilés, il devrait être possible de créer enfin de nouveaux logiciels pour le Squale. Mais, comme indiqué, son auteur souhaite être le seul à en profiter, bien que nous lui ayons fourni les fichiers nécessaires à son travail et obtenu l'autorisation nécessaire de diffusion de l'image de la ROM Moniteur dans le but que tout le monde puisse utiliser cet émulateur. Nous attendrons donc qu'un autre émulateur (et de préférence open source, bien plus adapté à la sauvegarde du patrimoine) soit diffusé pour lancer un concours de création de logiciels.
Didier Cugy m'a transmis une photographie d'une borne Point Clip, similaire techniquement au Clip Info de la même société mais présenté autrement. Très intéressante, ne serait-ce que pour les couleurs affichées à l'écran même si elles ont été changées par la chaîne graphique jusqu'à nous (c'est la première fois qu'on voit une vraie photographie d'écran de Squale - en fait ce n'est pas exactement un Squale mais c'est le même affichage).

[MAJ 24/07/15] Publication de l'interview de Didier Cugy, pleine de choses ignorées de nous jusqu'ici. Cette interview ouvre plusieurs pistes nouvelles pour rechercher d'autres informations.

[MAJ 26/07/15] L'entretien avec l'auteur de la ROM Moniteur nous a permis de vérifier l'analyse que nous avions faite de la carte mère : le strap vers l'EPROM qui dépasse de son support est une astuce car celle-ci est, depuis la version 2, plus grosse que celle prévue au départ grâce à un système de pagination. Ce changement était nécessaire pour transformer le Squale en compatible Goupil G3.

[MAJ 12/08/15] Grâce à Didier Cugy, nous avons retrouvé l'auteur du S Basic, M. Saab Abou-Jaoudé, professeur de mathématiques spéciales à la retraite, féru de micro-informatique, et qui opérait à l'époque sous le label Siros France. M. Abou-Jaoudé nous a confirmé être l'auteur du S Basic 6809 concédé à la société ASA et utilisé sur le Squale.
Bonne nouvelle : l'auteur ne voit aucun inconvénient à l'utilisation et à la diffusion du binaire de ce S-Basic pour des émulateurs Squale non commerciaux.
Le langage n'utilise que très peu les fonctionnalités du système Flex, préférant adresser directement la ROM Moniteur pour gagner du temps. Les auteurs d'émulateurs devront réécrire Flex (faute d'autorisation de diffusion pour le moment) ou, plus facilement, détourner les quelques fonctions d'accès aux disquettes (Open, Close, Read...) ainsi que l'éditeur de lignes et l'appel System. A part Flex (optionnel de toute façon), les programmeurs voulant réaliser un émulateur de Squale ont donc toutes les autorisations légales nécessaires (malgré ce que des haters peuvent raconter dans des forums).

[MAJ 13/08/15] Coup de gueule. Pour reconstituer l'histoire et permettre la création d'émulateurs du Squale, je dois recourir à des méthodes d'enquêtes classiques à l'aide de documents de l'époque mais aussi plus techniques pour retrouver les auteurs, en fouillant dans les ROM et autres fichiers. Je diffuse les résultats au fur et à mesure, afin que chacun puisse en profiter et les réutiliser. J'aurais voulu faire le même travail autour du Thomson TO16 version 68000, une machine qui était censée devenir un standard européen avec Olivetti et Acorn. Malheureusement, au motif qu'elles écrivent un livre (qu'on attend depuis une dizaine d'années...), quelques personnes ont confisqué auprès d'anciens de Thomson toute la documentation et le matériel connu, empêchant d'autres personnes d'y accéder et de poursuivre le travail de recherche. Il est dommage que la passion et la diffusion gratuite d'informations soient bloquées ainsi par une entreprise commerciale qui risque de n'intéresser que peu de personnes de toute façon.

[MAJ 27/09/15] Nouveau coup de gueule. J'ai confié en cercle privé la matière en ma possession concernant le Squale à des personnes souhaitant travailler sur la réparation de machines en panne ou sur la conception d'émulateurs, à la condition de ne diffuser publiquement chaque chose qu'à partir du moment où nous obtenons telle ou telle autorisation nécessaire de la part des ayants-droits. Malheureusement, une des personnes qui m'avait promis de respecter la propriété intellectuelle a diffusé publiquement du contenu protégé au mépris de la loi en me rendant de facto complice. Lorsque je lui ai rappelé sa promesse et demandé de supprimer les documents litigieux en attendant d'obtenir l'autorisation des ayants-droits, cette personne a décidé en guise de rétorsion de ne plus me transmettre en privé ses avancées, privant au passage d'échange d'informations toutes les autres personnes qui travaillent sur le Squale en respectant, elles, la propriété intellectuelle. J'espère que cette personne malhonnête ne fera pas d'autres victimes parmi ceux qui ont confié de la matière sur le Squale en échange de la même promesse du respect de la propriété intellectuelle (CNAM, M. Cugy, etc.).

Le point : J'ai tenté de contacter plusieurs anciens salariés d'ASA. Pour le moment, je n'ai pas eu de retour (je ferai prochainement des relances). Mais cela concerne la seconde vie du Squale ; il me reste à identifier le ou les auteurs de la ROM version 1, ainsi que la ou les personnes qui ont conçu la carte mère.

[MAJ 20/11/15] Un Squale est en vente sur le site Le Bon Coin, un exemplaire inconnu jusqu'ici avec une cartouche Basic pour le prix de ... 1.800 euros. Pas plus d'informations pour le moment.

[MAJ 11/12/15] La personne ayant mis en vente le Squale ne répond pas à mes questions. Je ne sais pas si la machine fonctionne, avec quoi elle est fournie, où/quand elle a été achetée, ni si elle a été revendue entre temps, mais une association était sur le coup.

[MAJ 12/12/15] En parallèle du développement d'un émulateur « boite noire » sous Windows exclusivement (désormais en stand by), j'étais en discussion depuis plusieurs mois avec l'équipe de l'émulateur multi-machines MAME (que je sais très respectueuse des droits d'auteurs), pour avoir une solution open source, utilisable sur de nombreuses plates-formes. Cette caractéristique est importante dans une optique de conservation du patrimoine. De nombreuses briques étaient déjà disponibles dans MAME, mais il manquait encore l'émulation du processeur graphique EF9365. Jeff a développé sa version de cette émulation du composant et d'un émulateur Squale. L'émulation n'est pas encore parfaite bien sûr, mais progresse bien. De mon côté, j'ai commencé à préparer un condensé des commandes S Basic avec leur syntaxe, pour faciliter le développement de logiciels pour le Squale. Mes recherches des personnes ayant travaillé sur le Squale m'ont aussi fait découvrir une histoire encore plus incroyable dans son prolongement, j'y reviendrai bientôt, le temps de mettre mes documents en forme.

[MAJ 26/01/2016] J'ai rajouté à cette page des comptes-rendus postés en 2006 et 2007 dans le forum d'ACBM, il ne me manque plus que quelques rares comptes-rendus dont je n'ai pas copie.
L'exemplaire de Squale en vente sur Leboncoin.fr a été racheté par l'association MO5.com, au prix indiqué il semblerait (autour de 2.000 ¤).

[MAJ 26/10/2016] J'ai fait une longue enquête sur le PBB de Micro Archi, une sorte d'ancêtre méconnu de l'iPad, né en France dans les années 1980 et qui partage le même SBasic avec le Squale. Cela a été un plaisir de retrouver la plupart des personnes impliquées dedans. Il me manque encore des informations pour faire pareil sur le Squale.

[MAJ 27/10/2016] Une très bonne nouvelle : Saab Abou-Jaoudé m'informe qu'il a retrouvé ses disquettes et codes source qu'il pensait avoir mis à la poubelle. Espérons que les disquettes seront lisibles !

[MAJ 19/04/2017] Un ancien de Goupil a pu isoler le fichier du SBasic en version Squale des disquettes de Saab Abou-Jaoudé. Ce fichier est diffusé ici avec l'autorisation de son auteur. Ce fichier ne doit pas être vendu, il n'y a (en tout cas pour l'instant) aucun suivi, ni aucune maintenance.

Si vous avez des informations, des docs, des logiciels ou autre sur le Squale, si vous en avez vu un en magasin à l'époque ou en avez  possédé un, n'hésitez pas à me contacter !

Documentation commerciale :
recto
verso
page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
(ces images ont été récupérées du forum fermé, mais je ne retrouve pas le nom de la personne qui me les a fournies pour l'indiquer. Si elle peut me recontacter...)

Premières photographies de mon exemplaire :
1
2
3
4
5
6
25
26
27
28
29
30
31
32
276
279
271
275


Merci à mes parents (pour avoir récupéré mon exemplaire du Squale), à Steeve Chadefaux, Didier Cugy, Saab Abou-Jaoude, Jeff, Torlus, Véronique Charreyron, Michel Desangles, B. L., Jean-Louis Le Breton, Pascal Rosier, Petros Gondicas, Michel de Guilhermier, SbM, M. S., Jerôme Vernet.




par Olivier Aichelbaum
fondateur du magazine
Les Puces Informatiques